Rédigé en décembre 2006 et à paraître en 2007

"L'importance de la propriété des territoires " :



Le gouvernement Fédéral planifie très bien l'assimilation et l'élimination de la francophonie et des autres minorités canadiennes, y compris celles des autochtones. Notre gouvernement québécois nous tient à l'écart de la connaissance de notre histoire et de nos capacités. Par l'approche commune, la Constitution du Canada est modifiée unilatéralement et à notre insu. On fait de nous des canadiens errants, sans territoire ni droits de propriété, note 4.

Par l'approche commune, le Québec abandonne la propriété de ses territoires à une de ses minorités, moins de 1% de notre population. Cette minorité aura préséance sur nos ambitions et détiendra un véritable droit de veto. Nous renonçons à la liberté, c'est à mourir de tristesse.

Prêchons par l'exemple :

Un pays comme le Québec qui ne protége pas ses terres agricoles et ne favorise pas ses fermiers se trouvera fort mal pris lorsque la pénurie se présentera. Les raisons pour avoir des pénuries de nourriture sont légions, par exemple, un cataclysme provoqué par un volcan ou une guerre subite entraînera le rationnement. Sachez que de très petits terrains cultivés ont sauvé la vie de beaucoup de gens lors des conflits européens.

Comment pourrait-on favoriser l'investissement dans l'agriculture! (Note 1)

Actuellement, notre bon gouvernement Charest permet aux entreprises étrangères d'installer des éoliennes sur (nos terres agricoles). Tous les profits générés par ces investissements seront investis ailleurs et quelques miettes demeureront dans les poches de nos fermiers. Quel beau gâchis!

Imaginons maintenant une autre approche.

Un programme sous forme de prêts remboursable permettrait aux fermiers d'acheter eux-mêmes les éoliennes implantés sur leur terrain (clé en main). La production d'énergie étant rentable, le fermier n'aurait aucun problème à rembourser son prêt et le profit qu'il tirerait de son investissement favoriserait le développement de sa ferme, ça pourrait même être une condition. Fini les faillites et les subventions aux fermiers. On revampe le métier, on ajoute de la valeur aux territoires et on assure des revenus stables à nos agriculteurs sans que ça passe pour des subventions chez nos voisins, on s'assure ainsi que ces millions seront réinvestis chez nous par ces mêmes fermiers, imaginez l'impact. Ils pourront semer et récolter des produits à bien meilleurs coûts grâce à de meilleurs équipements. Fini les subventions et le manque de fonds. Le gouvernement pour sa part favoriserait la fabrication des machines chez nous, l'installation et de la réparation des éoliennes à même les revenus générés. L'hydro achète la production.
De telles idées progressistes seront difficilement applicables dans le cadre de l'approche commune. En acceptant de donner nos territoires à une minorité, cette dernière pourra permettre l'usage de nos terres à des étrangers sans notre consentement, imposer des taxes, son veto ou pire, nationaliser à son seul profit le résultats de nos efforts comme l'Hydro. On est loin de la sécurité d'emploi que réclament tous les Québécois! On abandonne tout pouvoir de négociation, note 2.

Conclusion :

On entretien le dégoût des affaires chez nos citoyens, on investit dans l'individualisme et le clivage vers le bas dans toutes sortes de programmes comme l'éducation sans notes réelles ou tout le monde passe, un revenu garanti pour tout le monde " une impossibilité sociologique et mathématique ", etc… Avec de telles stratégies, on se retrouve avec un peuple amorphe, prisonnier des structures sociales et qui a peur de la liberté. Les cerveaux les mieux formés s'en vont! On demeure né pour un petit pain, note 3.

La vie ne marche pas comme ça, le succès et le bien être de vivre passe par la motivation et la satisfaction du travail bien fait et des objectifs personnels et collectifs accomplis.

Rappelez-vous l'indifférence de Bush sur les problèmes de la Louisiane après l'ouragan. Pour lui, ce n'était que des noirs et des Cajuns, ce n'était pas grave, bon débarra. Il a fallu Céline pour le réveiller après plusieurs jours! C'est ce genre de situations et d'attitudes qui nous attendent!

Des milliers d'entre vous lisent saglacweb.com. Les courriels reçus sont tous d'accord avec moi, où est l'erreur… La peur d'avoir peur, et après…

On se prépare des lendemains difficiles, Ça dépasse l'entendement et toute logique. Allô! Allô! Allô! Allumez quelqu'un!!!

Joyeux Noël.

Jean-Pierre Plourde, Citoyen
saglac@gmail.com